Le Souricier
6

Le lac

Historique

Selon les propos rapportés, vers la fin des années 1800, la reine Victoria offre en cadeau ce territoire à Sir Georges Stephens, président fondateur du Canadian Pacific Railway, en reconnaissance pour sa participation dans le développement du chemin de fer reliant l’Atlantique au Pacifique. À la lecture des registres et des documents bibliographiques disponibles, la première propriété du Lac Souris a appartenu à Sheldon Samuel Stephens et son épouse Félicie de Kalisz native de Pologne surnommée Flickie. Cette famille bourgeoise et prospère de Montréal a fait fortune dans l’importation de denrées de base et dans l’immobilier. La famille a demeuré dans le quartier huppé de Montréal connu sous le nom de Globe Square Mile. Le couple voyageait en Europe et fréquentait les milieux mondains. Sheldon Samuel Stephens était membre du Saint-James Club et du Mont Royal Club tandis que sa femme appartenait au Ladies Morning Musical Club, au Winter Club et à l’Art Society of Montreal.

Voir plus

À la lecture des registres et des documents bibliographiques disponibles, la première propriété du Lac Souris a appartenu à Sheldon Samuel Stephens et son épouse Félicie de Kalisz native de Pologne surnommée Flickie. Cette famille bourgeoise et prospère de Montréal a fait fortune dans l’importation de denrées de base et dans l’immobilier. La famille a demeuré dans le quartier huppé de Montréal connu sous le nom de Globe Square Mile. Le couple voyageait en Europe et fréquentait les milieux mondains. Sheldon Samuel Stephens était membre du Saint-James Club et du Mont Royal Club tandis que sa femme appartenait au Ladies Morning Musical Club, au Winter Club et à l’Art Society of Montreal.

Résidence de l’enfance de Samuel Sheldon

Ils avaient établi leur résidence secondaire au Lac Souris sur le site actuel du 1000 chemin des Pionniers qui fut détruite par un incendie au début du siècle. À ce jour, il existe encore un seul bâtiment qui servait de glacière à l’époque pour la conservation des aliments. Monsieur Stephens et son épouse venaient accompagnés de leurs serviteurs durant la période estivale pour y pratiquer la pêche. La découverte de vestiges d’argenterie et de porcelaine anglaise par les propriétaires actuels témoigne de la grande richesse de la famille Stephens.

Au décès de son mari en 1922, Félicie prend en main les affaires familiales et devient une femme d’affaires redoutable allant jusqu’à refuser de payer ses impôts. En août 1946, la veuve Stephens vend le lac Souris à la compagnie Commonwealth Plywood qui désire exploiter la forêt riche en pins blancs. Par la suite, le 12 mai 1949, Bruno Lord, marchand de bois d’Almaville, Alphonse Cossette, marchand de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et Henri Lord, cultivateur d’Almaville font l’acquisition du lac Souris pour la modique somme de 15 000 $. En 1951, Bruno Lord rachète les parts de ces copropriétaires dans le but de revendre des terrains autour du lac. Les premiers terrains se négocient autour de 150$ à 175$. Bruno Lord se gardait toujours le droit exclusif de commerce dans la rédaction de ses contrats.

Vers les années 50, les propriétaires se regroupent dans le but de créer une association qui a été enregistrée officiellement le 28 septembre 1978 sous le nom de l’Association des propriétaires du lac Souris Inc. L’association du lac Souris (APLS) représente à ce jour 273 membres actifs. Elle a pour but de promouvoir et défendre les intérêts des propriétaires fonciers du lac Souris et met de l’avant la protection du patrimoine naturel, la qualité de l’eau et le souci de développement durable. L’APLS a joué un rôle crucial dans la construction du nouveau barrage inauguré en juillet 1991.
L’association est fière de fêter ses 40 ans d’existence grâce à l’apport de nombreux bénévoles et de douze présidents qui se sont succédé au cours de ses années. Avec les années, l’association est passée à l’air moderne avec son site WEB. Le moment est venu d’accueillir la relève.

Voir plus

Au décès de son mari en 1922, Félicie prend en main les affaires familiales et devient une femme d’affaires redoutable allant jusqu’à refuser de payer ses impôts. En août 1946, la veuve Stephens vend le lac Souris à la compagnie Commonwealth Plywood qui désire exploiter la forêt riche en pins blancs. Par la suite, le 12 mai 1949, Bruno Lord, marchand de bois d’Almaville, Alphonse Cossette, marchand de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et Henri Lord, cultivateur d’Almaville font l’acquisition du lac Souris pour la modique somme de 15 000 $. En 1951, Bruno Lord rachète les parts de ces copropriétaires dans le but de revendre des terrains autour du lac. Les premiers terrains se négocient autour de 150$ à 175$. Bruno Lord se gardait toujours le droit exclusif de commerce dans la rédaction de ses contrats.

Vers les années 50, les propriétaires se regroupent dans le but de créer une association qui a été enregistrée officiellement le 28 septembre 1978 sous le nom de l’Association des propriétaires du lac Souris Inc. L’association du lac Souris (APLS) représente à ce jour 257 membres actifs. Elle a pour but de promouvoir et défendre les intérêts des propriétaires fonciers du lac Souris et met de l’avant la protection du patrimoine naturel, la qualité de l’eau et le souci de développement durable. L’APLS a joué un rôle crucial dans la construction du nouveau barrage inauguré en juillet 1996.
L’association est fière de fêter ses 40 ans d’existence grâce à l’apport de nombreux bénévoles et de douze présidents qui se sont succédé au cours de ses années. Avec les années, l’association est passée à l’air moderne avec son site WEB. Le moment est venu d’accueillir la relève.

Bruno Lord

Bruno Lord

Il avait établi leur résidence secondaire au Lac Souris sur le site actuel du 1000 chemin des Pionniers qui fut détruite par un incendie au début de siècle. À ce jour, il existe encore un seul bâtiment qui servait de glacière à l’époque pour la conservation des aliments. Monsieur Stephens et son épouse venaient accompagnés de leurs serviteurs durant la période estivale pour y pratiquer la pêche. La découverte de vestiges d’argenterie et de porcelaine anglaise par les propriétaires actuels témoigne de la grande richesse de la famille Stephens.

Au décès de son mari en 1922, Félicie prend en main les affaires familiales et devient une femme d’affaires redoutable allant jusqu’à refuser de payer ses impôts. En août 1946, la veuve Stephens vend le lac Souris à la compagnie Commonwealth Plywood qui désire exploiter la forêt riche en pins blancs. Par la suite, le 12 mai 1949, Bruno Lord, marchand de bois d’Almaville, Alphonse Cossette, marchand de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et Henri Lord, cultivateur d’Almaville font l’acquisition du lac Souris pour la modique somme de 15 000 $. En 1951, Bruno Lord rachète les parts de ces copropriétaires dans le but de revendre des terrains autour du lac. Les premiers terrains se négocient autour de 150$ à 175$. Bruno Lord se gardait toujours le droit exclusif de commerce dans la rédaction de ses contrats.

Vers les années 50, les propriétaires se regroupent dans le but de créer une association qui a été enregistrée officiellement le 28 septembre 1978 sous le nom de l’Association des propriétaires du lac Souris Inc. L’association du lac Souris (APLS) représente à ce jour 257 membres actifs. Elle a pour but de promouvoir et défendre les intérêts des propriétaires fonciers du lac Souris et met de l’avant la protection du patrimoine naturel, la qualité de l’eau et le souci de développement durable. L’APLS a joué un rôle crucial dans la construction du nouveau barrage inauguré en juillet 1996.
L’association est fière de fêter ses 40 ans d’existence grâce à l’apport de nombreux bénévoles et de douze présidents qui se sont succédé au cours de ses années. Avec les années, l’association est passée à l’air moderne avec son site WEB. Le moment est venu d’accueillir la relève.

Le barrage

Sa construction

Le lac des Souris est un plan d’eau navigable à vocation résidentielle et villégiature. Le lac est situé géographiquement dans deux municipalités soient : Saint-Mathieu-du-Parc et Saint-Élie-de-Caxton.
Le lac des Souris a une superficie de 2.025 km² donc le contour est de 20.442 km² et un volume d’eau de 3 037 500 m³ régularisé par un barrage en béton de type déversoir érigé en 1991. Classé «E selon le centre d’expertise hydrique du Québec et répondant à toutes les normes gouvernementales, ce barrage appartient à l’association des propriétaires du lac Souris (APLS inc). Son bassin versant est de 25.3 km dont l’effluent est la petite rivière Souris.

Le barrage aujourd’hui

Le barrage actuel représente la troisième génération d’ouvrages de retenues implantée à cet endroit. L’ancêtre de ce barrage est apparu autour de 1895. À l’époque, l’implantation de ce barrage permettait de répondre aux exigences de l’exploitation forestière pour le flottage de gros billots de pins. On peut retracer l’existence de moulins à scie à diverses époques dont le moulin Gélinas muni d’une roue turbine et aussi un autre moulin opéré par Élie Raiche.

Vers 1979, l’association des propriétaires du lac Souris sollicite l’effort financier des propriétaires riverains pour le financement d’un nouveau barrage et l’acquisition du terrain pour la somme de 36 000 $. En devenant propriétaire du barrage avec un financement privé, l’accès au lac demeurait privé. La firme Maurécon a exécuté les travaux se terminant en septembre 1991.

Des inspections rigoureuses du barrage sont effectuées annuellement.
Aujourd’hui, les propriétaires profitent grandement d’un lac navigable grâce au barrage pour exercer les activités nautiques durant la période estivale.

Voir plus

Vers 1979, l’association des propriétaires du lac Souris sollicite l’effort financier des propriétaires riverains pour le financement d’un nouveau barrage et l’acquisition du terrain pour la somme de 36 000 $. En devenant propriétaire du barrage avec un financement privé, l’accès au lac demeurait privé. La firme Maurécon a exécuté les travaux se terminant en septembre 1991.

Des inspections rigoureuses du barrage sont effectuées annuellement.
Aujourd’hui, les propriétaires profitent grandement d’un lac navigable grâce au barrage pour exercer les activités nautiques durant la période estivale.

Le débarcadère

Débarcadère 2020,
Informations et Rappels

Bonjour chers membres,
Déjà, une nouvelle saison s’amorcera bientôt. Afin d’utiliser le débarcadère, vous devez renouveler votre cotisation annuelle 2020 auprès de l’APLS comme prévu au contrat signé avec les propriétaires. Le fonctionnement demeure inchangé à l’exception de l’utilisation de la clé à puce de secours.

Toute demande de recharge devrait être demandée 5 jours à l’avance

Voici quelques rappels concernant l’utilisation du débarcadère :

1. Clé à puce de secours

Nous tenons à souligner que la puce de secours a été utilisée à des fins autres que pour la sortie du débarcadère. Pour donner suite à ce constat, la puce de secours contiendra un jeton unique et ceux qui utiliseront celle-ci pour accéder au débarcadère seront enfermés sur le site. La clé à puce de secours est localisée dans un petit boîtier Master Lock tout juste du côté droit du lecteur de sortie. La combinaison du boîtier est 0000 et elle est inscrite sur celui-ci.

2. Défectuosité de la barrière

Si un usager s’aperçoit que le fonctionnement de la barrière est défectueux ou anormal, on lui demande d’aviser immédiatement M. Claude Frigon, propriétaire, soit par courriel à infodebarcadere@gmail.com ou par téléphone au 819-532-2542. S’il est impossible de joindre M. Frigon, il pourra contacter la personne du C.A. de l’APLS dont il est fait mention plus loin.

3. Utilisation du débarcadère

I. La période d’ouverture du débarcadère s’échelonne à compter du début mai jusqu’au 15 novembre.
II. Les heures d’ouverture sont de 9.00 heures à 21.00 heures.

4. Renouvellement de votre forfait 2020

I. Nouveaux arrivants au Lac Souris

Les nouveaux propriétaires de résidences, au Lac Souris, qui veulent utiliser le débarcadère à bateaux sont invités d’abord à devenir membre de l’APLS en consultant notre site WEB à www.lacsouris.org (section devenir membre) puis de rencontrer M. Claude Frigon pour obtenir et payer la clé à puce.

II. Propriétaires de puce électronique

Tous les utilisateurs du débarcadère reçoivent un courriel les invitant à renouveler leur forfait avant le 31 mai.  Assurez-vous de maintenir votre courriel à jour.

Si vous possédez déjà votre puce électronique, évitez de vous rendre en personne à la résidence des propriétaires pour l’achat de votre forfait 2020 ou pour une recharge. Veuillez plutôt communiquer avec ceux-ci par courriel à l’adresse infodebarcadere@gmail.com ou téléphonez-leur au 819 532-2542 afin d’utiliser un des trois modes de paiement prévu au formulaire.

Toutefois, si vous devez, pour quelque raison que ce soit, vous rendre au 1000 Chemin des Pionniers (propriétaires du débarcadère), veuillez SVP appeler au 819 532-2542 pour vous assurer de leur disponibilité avant de vous rendre à leur résidence.

En terminant, je vous souhaite un très bel été 2020 ainsi que de très joyeuses vacances en compagnie de vos familles et de vos amis.

Voir plus

II. Propriétaires de puce électronique

Tous les utilisateurs du débarcadère reçoivent un courriel les invitant à renouveler leur forfait avant le 1 mai.  Assurez-vous de maintenir votre courriel à jour.

Si vous possédez déjà votre puce électronique, évitez de vous rendre en personne à la résidence des propriétaires pour l’achat de votre forfait 2020 ou pour une recharge. Veuillez plutôt communiquer avec ceux-ci par courriel à l’adresse infodebarcadere@gmail.com ou téléphonez-leur au 819 532-2542 afin d’utiliser un des trois modes de paiement prévu au formulaire.

Toutefois, si vous devez, pour quelque raison que ce soit, vous rendre au 1000 Chemin des Pionniers (propriétaires du débarcadère), veuillez SVP appeler au 819 532-2542 pour vous assurer de leur disponibilité avant de vous rendre à leur résidence.

En terminant, je vous souhaite un très bel été 2020 ainsi que de très joyeuses vacances en compagnie de vos familles et de vos amis.

5. Informations

Pour toute information pour la cotisation annuelle de l’APLS, nous vous invitions à consulter notre site WEB à www.lacsouris.org (section devenir membre) ou contacter votre représentant de secteur. 

En cas d’absence du propriétaire , vous pouvez aussi rejoindre:

Fonctionnement de la barrière: M. Jacques Lavoie au 819 532-2895

Problème avec votre puce électronique: M. Yves Hudon au 819-807-1375

 

 

Carte de navigation

Carte bathymétrique

Pêche et qualité de l’eau

Pêche 

Le comité sur la pêche, constitué de Jacques Lavoie, Jean-Pierre Poudrier et Roger Sylvestre, a proposé au Conseil d’administration, le plan d’action suivant :

  • Protéger et augmenter si possible, les acquis en qualité et en quantité de poissons;
  • Évaluer la pertinence de renaturaliser les frayères pour les truites mouchetées en obtenant un « avis scientifique »;
  • Faire réaliser une étude scientifique longitudinale sur l’évolution de la population des touladis (suite de l’étude Louis Houde);
  • Contribuer à diversifier les activités récréatives pratiquées au lac Souris
  • Informer les membres concernant la pratique de l’activité de pêche au lac Souris dans un objectif de sensibilisation et d’éducation.

Au-delà de la simple activité récréative, la pêche constitue certainement un atout économique supplémentaire, lorsqu’arrive le temps de vendre ou de louer votre propriété.  Une population importante de touladis indigènes peuple notre lac, ce qui est remarquable pour un lac entouré de chalets et situé si au sud.  Cela témoigne de la qualité de l’habitat de cette espèce dans notre lac et des précautions qui ont été prises au cours des dernières décennies pour protéger l’espèce.  En effet, la pêche au touladi (truite grise) est autorisée que du 1er juillet à la Fête du travail et seuls les spécimens de plus de 55 cm peuvent être conservés.

De plus, chaque année l’APLS ensemence le lac de plusieurs centaines de truites mouchetées.  Cette espèce qui était autrefois présente naturellement dans le lac a graduellement disparue et remplacée par des espèces envahissantes telles que le meunier noir, le crapet et la perchaude.

Malheureusement, comme dans la majorité des lacs à truite au Québec, ces espèces ont été introduites par les pêcheurs eux-mêmes qui relâchaient les menés vivants dans les lacs à la fin de leur journée de pêche. D’ailleurs, l’utilisation des menés vivants est maintenant interdite sur les lacs du Québec.

Dans un premier temps, le comité à prioriser l’objectif d’information et de sensibilisation concernant la pratique de la pêche au lac Souris.   L’installation de panneaux informatifs est prévue au débarcadère et d’autres endroits.   Une affichette sera également développée à l’intention des chalets locatifs afin de sensibiliser les locataires aux règles entourant la pêche sur notre lac.  Des informations seront également disponibles sur le site nouveau site WEB de l’APLS.

L’APLS continuera de soutenir l’activité « Pêche en herbe » qui attire bon nombre de petits qui veulent s’initier à l’activité de la pêche.  La subvention obtenue de la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton servira en partie à bonifier l’ensemencement en quantité et en qualité pour la saison 2020.

Nous ne pouvons qu’encourager les pêcheurs à respecter la faune et l’environnement afin de préserver cette activité sur le lac Souris pour les générations qui suivront.

Roger Sylvestre Pour le comité sur la pêche

Voir plus
  • Protéger et augmenter si possible, les acquis en qualité et en quantité de poissons;
  • Évaluer la pertinence de renaturaliser les frayères pour les truites mouchetées en obtenant un « avis scientifique »;
  • Faire réaliser une étude scientifique longitudinale sur l’évolution de la population des touladis (suite de l’étude Louis Houde);
  • Contribuer à diversifier les activités récréatives pratiquées au lac Souris
  • Informer les membres concernant la pratique de l’activité de pêche au lac Souris dans un objectif de sensibilisation et d’éducation.

Au-delà de la simple activité récréative, la pêche constitue certainement un atout économique supplémentaire, lorsqu’arrive le temps de vendre ou de louer votre propriété. Une population importante de touladis indigènes peuple notre lac, ce qui est remarquable pour un lac entouré de chalets et situé si au sud. Cela témoigne de la qualité de l’habitat de cette espèce dans notre lac et des précautions qui ont été prises au cours des dernières décennies pour protéger l’espèce. En effet, la pêche au touladi (truite grise) est autorisée que du 1er juillet à la Fête du travail et seuls les spécimens de plus de 55 cm peuvent être conservés.

De plus, chaque année l’APLS ensemence le lac de plusieurs centaines de truites mouchetées.  Cette espèce qui était autrefois présente naturellement dans le lac a graduellement disparue et remplacée par des espèces envahissantes telles que le meunier noir, le crapet et la perchaude.

Malheureusement, comme dans la majorité des lacs à truite au Québec, ces espèces ont été introduites par les pêcheurs eux-mêmes qui relâchaient les menés vivants dans les lacs à la fin de leur journée de pêche. D’ailleurs, l’utilisation des menés vivants est maintenant interdite sur les lacs du Québec.

Dans un premier temps, le comité à prioriser l’objectif d’information et de sensibilisation concernant la pratique de la pêche au lac Souris. L’installation de panneaux informatifs est prévue au débarcadère et d’autres endroits.  Une affichette sera également développée à l’intention des chalets locatifs afin de sensibiliser les locataires aux règles entourant la pêche sur notre lac. Des informations seront également disponibles sur le site nouveau site WEB de l’APLS.

L’APLS continuera de soutenir l’activité « Pêche en herbe » qui attire bon nombre de petits qui veulent s’initier à l’activité de la pêche. La subvention obtenue de la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton servira en partie à bonifier l’ensemencement en quantité et en qualité pour la saison 2020.

Nous ne pouvons qu’encourager les pêcheurs à respecter la faune et l’environnement afin de préserver cette activité sur le lac Souris pour les générations qui suivront.

Roger Sylvestre Pour le comité sur la pêche

Qualité de l’eau

Notre lac fait partie du réseau de surveillance volontaire des lacs, le RSVL du gouvernement du Québec, ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte au changement climatique. L’APLS avec l’aide de bénévoles dont Sylvie Tessier et Jacques Lavoie sont responsables de procéder à des échantillonnages de l’eau afin de mesurer la qualité de l’eau.

Des prélèvements d’eau à l’aide d’un disque de Secchi dans des endroits précis sur le petit lac et le grand lac sont faits à une fréquence de trois fois par années à des dates fixées par le RSVL. Les variables analysées sont le phosphore total (PT), la chlorophylle a (ch l) et le carbone organique dissout (COD). La transparence du lac Souris est de 5 m en moyenne pour le grand lac, ce qui est excellent, et de 4 m pour le petit lac, ce qui est normal compte tenu de la profondeur moindre du petit lac. Donc, nous avons un lac en santé.

Suite à ce constat, plusieurs se demandent si on peut boire l’eau du lac. Une grande prudence est recommandée pour la consommation de l’eau. En résumé, il n’y a pas de problème à utiliser l’eau du lac comme eau de service (toilette, boyau d’arrosage, douche si on ne boit pas l’eau. Il faut donc un traitement adéquat pour pouvoir la boire en toute sécurité.

En tant que riverain, vous pouvez contribuer à la qualité du lac en respectant tout simplement les quelques petites règles suivantes :

– Respect du règlement des bandes riveraines.
– Installations septiques conformes.

Voir plus

ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte au changement climatique. L’APLS avec l’aide de bénévoles dont Sylvie Tessier et Jacques Lavoie sont responsables de procéder à des échantillonnages de l’eau afin de mesurer la qualité de l’eau.Notre lac fait partie du réseau de surveillance volontaire des lacs, le RSVL du gouvernement du Québec, ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la lutte au changement climatique. L’APLS avec l’aide de bénévoles dont Sylvie Tessier et Jacques Lavoie sont responsables de procéder à des échantillonnages de l’eau afin de mesurer la qualité de l’eau.

Des prélèvements d’eau à l’aide d’un disque de Secchi dans des endroits précis sur le petit lac et le grand lac sont faits à une fréquence de trois fois par années à des dates fixées par le RSVL. Les variables analysées sont le phosphore total (PT), la chlorophylle a (ch l) et le carbone organique dissout (COD). La transparence du lac Souris est de 5 m en moyenne pour le grand lac, ce qui est excellent, et de 4 m pour le petit lac, ce qui est normal compte tenu de la profondeur moindre du petit lac. Donc, nous avons un lac en santé.

Suite à ce constat, plusieurs se demandent si on peut boire l’eau du lac. Une grande prudence est recommandée pour la consommation de l’eau. En résumé, il n’y a pas de problème à utiliser l’eau du lac comme eau de service (toilette, boyau d’arrosage, douche si on ne boit pas l’eau. Il faut donc un traitement adéquat pour pouvoir la boire en toute sécurité.

En tant que riverain, vous pouvez contribuer à la qualité du lac en respectant tout simplement les quelques petites règles suivantes :

– Respect du règlement des bandes riveraines.
– Installations septiques conformes.

L'Association des propriétaires du lac Souris (APLS inc.)

L’Association des propriétaires du lac Souris (APLS inc.) est un organisme sans but lucratif. Vers les années 50, les propriétaires se regroupent dans le but de créer une association. L’association a été légalement enregistrée le 28 septembre 1978. L’association a pour mission d’assurer le respect de l’environnement, la conservation, le développement, la promotion et la mise en valeur du lac Souris et de son bassin versant.

Le conseil d’administration de l’association des propriétaires du lac Souris compte 4 officiers élus lors de l’assemblée générale et des représentants de chacun des dix-huit secteurs du lac. Le conseil d’administration se réunit minimalement 4 fois par année afin de faire un suivi des dossiers d’intérêt collectif et de la réalisation du plan directeur. L’association produit annuellement le journal Le Souricier. De plus, elle possède une page FACEBOOK et un site WEB afin de fournir aux résidents du lac toute information pertinente

Nos commanditaires

Journal « Le Souricier »
Notre journal Le sourcier est là !

Téléchargé le dès maintenant en cliquant sur ce lien ou en allant à la page Le Souricier.


Journal « Le Souricier »
Notre journal Le sourcier est là !

Téléchargé le dès maintenant en cliquant sur ce lien ou en allant à la page Le Souricier.

7